gel hydroalcoolique

Comment fabriquer un gel hydroalcoolique, en période de pénurie ?

L’épidémie du coronavirus, débuté en novembre 2019, oblige les instances médicales à mettre en place des solutions, pour endiguer la transmission du virus. Cela passe par des soins hygiéniques et notamment, le lavage des mains. Des solutions hydroalcooliques existent sur le marché. Seulement, les stocks diminuent de façon drastique. Il y a, à ce jour, une pénurie de ces gels antibactériens. Ce qui entraîne une augmentation importante de son prix de vente. Le gouvernement peut décider d’imposer un prix encadré, pour permettre à tous de disposer de ce produit de première nécessité.

Les prix flambent pour les gels hydroalcooliques

Début décembre, le coronavirus commence à faire ses premières victimes, dans la ville de Wuhan, en Chine. À ce jour, la prolifération est considérée comme pandémie, avec plus de 4 000 décès et près de 120 000 malades, de par le monde. Les instances sanitaires recommandent fortement d’éviter au maximum tout contact physique, de porter un masque facial et de se nettoyer correctement les mains, à l’aide de substances hydroalcooliques. Voilà pour le matériel médical. En quelques semaines, les masques et les gels sont en rupture de stock. En France, leurs prix grimpent exagérément.

Le gouvernement est prêt à prendre des mesures encadrées, pour stopper cette inflation. En effet, la législation commerciale prévoit une mesure temporaire, en cas de crise exceptionnelle, telle que celle-ci. L’État est en droit de fixer le prix de vente de ces articles, pour éviter des hausses ou des baisses préjudiciables. Il faut attendre le résultat de l’enquête menée par la répression des fraudes, pour connaître ses intentions d’intervention. Si tel est le cas, tous les commerçants, sans exception, sont visés. La dernière fois qu’il a dû imposer un prix encadré, c’était en 1991, lors de la guerre du Golfe, sur le prix de l’essence.

coronavirus et pénurie

En cas de pénurie de gel, comment le fabriquer soi-même ?

À l’heure où le pays approche du stade 3 de l’évolution de l’épidémie, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) préconise la recette suivante pour fabriquer 1 litre de gel :

  • mélanger 833,33 ml d’éthanol à 96 %, avec 41,7 ml de peroxyde d’hydrogène, autrement dit, de l’eau oxygénée. Ajouter à cela 14,5 ml de glycérol (glycérine) à 98 % ;
  • rajouter à cette mixture de l’eau bouillie, mais refroidie, jusqu’à obtenir au total 1 litre ;
  • verser la préparation dans des flacons de distribution (avec pompe). Placer les flacons en quarantaine, pendant 72 heures. C’est le temps nécessaire à la destruction des spores bactériennes, éventuellement présentes dans la solution ;
  • cette préparation se conserve 3 mois maximum.

Il est quand même plus judicieux de se laver correctement les mains avec un savon, sous l’eau et de n’utiliser le gel que si vous n’en avez plus. Pour ce faire, choisissez des savons naturels, comme le savon d’Alep ou de Marseille, contenant déjà des propriétés antibactériennes. Notamment par le biais de l’huile d’olive, connue pour son taux d’oméga 9. Ils auraient un effet bénéfique, en stimulant l’activité des cellules. Elle apporte de l’oxygène aux cellules. L’huile de baies de laurier est, quant à elle, est antibactérienne également et un excellent cicatrisant, en régénérant les cellules épidermiques.



L’article " Comment fabriquer un gel hydroalcoolique, en période de pénurie ? " n’a pas encore eu de commentaire !

Soyez le premier à écrire un commentaire à cet article !


Voudriez-vous écrie un commentaire ?

Votre adresse mail ne sera pas diffusé sur la page.

A propos | Contact | Proposer un article | Publicité | Crédits | Mentions légales | Plan du site
Tous droits réservés : BMB © 2018 - 2019 - Reproduction interdite sans autorisation